LA DéGUSTATION

Dans le chocolat comme dans le vin, il existe une notion de profil aromatique qui peut se définir par des saveurs et des contrastes nés du type de cacaoyer (criollo, forastero, trinitario, nacional…), du terroir dans lequel le cacaoyer pousse, mais aussi du climat, de la méthode de fermentation et de séchage employée par le producteur, puis par le travail de l’artisan lors de la transformation de la fève en chocolat.

Le goût du chocolat est donc affecté par chaque étape du processus de fabrication du chocolat. Ce dernier contient plus de quatre-cents composés aromatiques complexes. Alors, comment relever au mieux les subtilités du chocolat fin?

Prenez un verre d’eau ou un morceau de pain et suivez les étapes ci-dessous !